"Non le Parrain, ne vous y engagez pas." Par Mamadou Oumar KAMARA

De sa manche apparemment bien fournie en tours saugrenus, le président Macky Sall nous a dernièrement sorti le coup du parrainage. Une pilule qui s’avale très difficilement du fait de son acidité et de sa surabondance. Il faut le dire, l’idée n’est pas majestueuse, n’est pas solidement fondée, est antidémocratique et exclusive, et n’est non plus ni urgente ni primordiale.

"Parrainages à la Présidentielle : le compromis, seul rempart contre les dérives en vue !" Par El Hadji Daniel SO

“Les compromis sont indispensables pour diriger un pays, et c'est avec les adversaires qu'on fait des compromis, pas avec les amis.”de Nelson Mandela dans Conversations avec moi-même (2010).

D'ordinaire, l'homme politique en quête de suffrages semble être bien plus ouvert au dialogue et parfois même au compromis que lorsqu'il se retrouve en dépositaire de confiance majoritaire. Normal, vous nous direz car au sens humain du terme, l'être étant mystère et boule de gomme,  préfère, en cours de conquête, se terrer derrière cette apparence d'homme/femme exemplaire qu'exige la société afin de se donner la chance de se faire élire…Ainsi, s'il est obnubilé comme la plupart de nos aspirants, l'être, est prêt à tout pour voir son rêve se réaliser au point de se faire tout petit et de faire fi de certaines considérations d'après coup. La fin justifie les moyens oblige ! 

"Trois mémorables interviews TV, au tout début des années 1980 en France, dignes d'être revisitées" Par Gorguez Diop

Celle que Mitterrand avait accordée à tf1 sur 7/7 ; Aimé Césaire et Abdou Diouf à Antenne2.
Si les 2 premiers ont impressionné sur le vif avec force argumentaires, le dernier, pris de court, s’est fendu d'un simple sourire pour toute réponse à une question pertinemment dérangeante ! 

"Ce que l'indiscipline notoire dans la circulation routière nous enseigne, avec les cars-rapides comme l'incarnation type" Par Guorguez

Les cars-rapides ont une longue espérance de vie surtout assurée par une"maintenance"de bricole prodiguée dans des"cliniques"de greffe d'organes mécaniques et électriques,la plupart informellement recyclés des dépôts de ferraille.L'ingéniosité de ces cliniciens a été observable à travers les cars-rapides à double cabine,par un couplage de deux carcasses soudées dont la tenue de route dépend plus de la bénédiction reçue d'un marabout que d'une parfaite harmonisation,préalablement testée en laboratoire,de lois physico-mécaniques commandant ces véhicules depuis la phase de conception et de montage à l'usine.

"Génocide africain" Par Jean Pierre Minet

L’Afrique est aujourd’hui le continent dont la population a la moyenne d’âge la plus faible dans le monde : âge médian de moins de 20 ans contre 35 et 40 ans pour les usa et l’Europe. 
L’Afrique est le continent qui a l’accès à la santé et au médicament le moins développé.

"Est-ce juste pour le 04 Avril ?" Par Cheikh Hassana Fall

Les allées du centenaire de la capitale sénégalaise se sont faites belles, reluisantes et éclatantes même. 
Les ruelles sont devenues si propres qu’on aurait envie d’y marcher pieds nus sans se soucier des microbes ou autres déchets et pour cause les agents de l’UCG (L'Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides) sont plus assidus que d’habitude à ce niveau et font même des heures supplémentaires jusque tard la nuit.

"Sénégal : Ex-présidents sur-indemnisés, émigrés de surcroît là où des centaines d’étudiants diplômés ont zéro allocation chômage et un attelage pléthorique à ou sans portefeuilles que seulement semble justifier une retenue (militante) sur salaires au profit de l’employeur qu’est le Parti Présidentiel ?" Par Guorguez

 

Cette longue manchette vaut tout son pesant...d'anti-somnifère! En effet, pour la forger au bout de deux heures d'insomnie inhabituelle, à tourner et retourner au lit, c’était comme si on m'exorcisait d'un mal très profond, ce même mal qui hante le sommeil de beaucoup de sénégalaises et sénégalais, devant la crainte, légitime, d’une déflagration socio-politique, lourde de conséquences fâcheuses, vers laquelle un hors-sujet de gouvernance risque de nous mener.

"Comptables, on l'est déjà tous !" Par Dramé Sounkarou Manding

Et qu'il nous soit encore permis de nous exprimer, non pas pour faire étalage d'une quelconque connaissance que nous ne détenons d'ailleurs pas, mais d'assumer notre posture citoyenne consistant à donner notre point de vue sur les enjeux sociopolitiques et sociétaux qui traversent le quotidien des Sénégalais. Le propos qui suit n'est en effet qu'une modeste contribution citoyenne à l'excellente contribution de l'ami et frère Amadou Tidiane Thiello ( A l'heure du bilan, nous serons tous comptables !). Excusez de la redondance, seulement précision s'impose ! Et conscience citoyenne oblige !

"A l’épreuve du bilan, nous serons tous comptables !" Par Amadou Tidiane Thiello

Ce pays, nous appartient tous, nous devons le construire ensemble !
C’est une catastrophe de dire que je suis « apolitique » car « la politique » et « polity » font deux même s’ils concourent tous, essentiellement au bien-être collectif.  Les « feedbacks », la teneur et la portée de chacun des deux, restent et demeurent une autre question. Mais, s’il existe fondamentalement une chose en laquelle nous croyons fermement et sans aucune réserve, c’est que : LE CHANGEMENT TANT SOUHAITE NE DECOULERA JAMAIS DE LA SEULE CLASSE POLITIQUE.

"Une école sénégalaise qui tremble" Par Mamadou Mbaye

On le constate, ce chapitre  de revendication ne traite plus les arcanes du langage de l’enseignement pur. Bien au contraire il s’en éloigne grandement. Et pour cause : le non respect des accords entre l’État et les enseignants par rapport à la recherche et aux indemnités. 
Cette situation amène un désert total dans les classes du primaire, du moyen et du secondaire. A qui la faute?

Chronicature 023 : Ecobank et ses Misérables

Dans la Chronicature 018, « Une banale histoire de bourses », nous disions au plus fort de la grève des étudiants, que jusqu’à réforme les supprimant, payer les allocations d’études à temps, était « un devoir qui peut se passer de l’humiliation au niveau de certaines agences d'une banque qui, malgré ses gains pousse la discrimination jusqu'au guichet automatique pour « Particuliers » avec exceptions pour « Étudiants », ces clients d’un autre acabit dont on acquiert le marché de bancarisation des bourses sans pour autant leur réserver un traitement meilleur».

"Après deux alternances au pouvoir, les criquets politiciens sédentaires á visages(in)humains ont compromis les récoltes escomptées" Par Guorguez

Quels tournants décisifs ratés! 
Pire encore, avec plus de deux-cent cinquante partis, poussant comme des herbes folles, chacun dopé par l'exacerbation des média sociaux et des plateaux de Tv plus adeptes du sensationnel, le paysage politique est aujourd'hui réduit à une ruche bourdonnante de laquelle le peuple espère de moins en moins tirer des lendemains mielleux qu'on leur promet.