En Afrique aussi, on « Chècke » les Faits

Afin d’apporter une valeur ajoutée dans le traitement de l’information, la tendance du Journalisme d’investigation qu’est le « Fact Checking » concept né dans les pays anglo-saxons et rendu célèbre depuis la campagne présidentielle américaine n’est pas un terrain inexploré en Afrique.

« AFRICACheck » dont le site web est disponible en version française comme anglaise est le précurseur du « fact-checking » dans le Continent. Lancé en 2011 dans un partenariat entre Afp et le département de Journalisme de l’Université de Johannesburg, leur Rédaction est basée actuellement dans 4 pays : Afrique du Sud, Nigeria, Sénégal et Kenya.
Similairement aux Data-Journalistes, les « fact-checkeurs » africains essaient eux aussi d’établir la vérité des faits et chiffres avancés par les Institutions par un croisement avec des données plus vérifiées et probantes, puis tirent des conclusions de leurs résultats obtenus

Mais ce n’est pas de tout repos puisqu’ils se heurtent également aux problèmes d’accès à l’information et aux bases de données obsolètes par manque d’être actualisées.
La structure ne se focalise que sur les sujets ayant un impact sur la vie socio-économique et cela grâce à la mesure de l’enjeu de la déclaration fausse émise dans l’espace public si elle n’est pas vérifiée
En plus des déclarations parues dans la Presse des canaux sont aussi ouverts sur les réseaux sociaux au Public pour qu’ils puissent les interpeller sur certaines informations tout en leur apprenant des astuces pour vérifier eux-mêmes les informations reçues.
Le « Fact-Checking » pallie donc un manquement du Journalisme tel que pratiqué de nos jours consistant à occulter la partie fondamentale de l’obligation de recoupement en relayant quasi-systématiquement les déclarations des Autorités publiques sans en vérifier véritablement l’exactitude
« AfricaCheck » ne se contente pas que d’établir la véracité des dires mais publie aussi des rapports et fiches d’information sur des faits d’actualité. Il faut dire qu’il s’agit d’une Organisation non lucrative financée par des Organisations philanthropiques à 90% qui organise des sessions de formation et attribue des prix décernés aux Journalistes s’inscrivant dans la mouvance du « Fact Checking ».
A terme, « AfricaCheck » ambitionne de promouvoir une culture de Fact-checking dans le Continent à l’aide d’un réseau élargi de Journalistes. Ceux de l’Afrique francophone sont d’ailleurs coordonnés par le Rédacteur en chef Assane Diagne qui, récemment, est allé recevoir le « Prix francophone de l’ innovation dans les Médias».