"Le Jeu du trône dans le Corps humain" Par Abdoulaye Bâ

Le  corps  d’une  manière  générale  est  une  entité  bien  structurée  comportant  des  démembrements. Chaque  partie  joue  un  rôle  prépondérant  quant  au  fonctionnement  harmonieux  de  celui-ci.  La tête  est  l’instance  de  commandement  où  le  cerveau  est  maître,  les  yeux  observateurs,  les  oreilles l’accueil  et  la  bouche  rapporteuse.  
Le  cœur  est  celui  sans  qui  rien  ne  marche,  il  est  le  chef suprême.  Les  autres  membres  assurent  l’exécution  concrète  des  vœux  du  cœur.  Toutefois,  un jour  la  bouche  s’insurgea  contre  le  dictat  du  cœur  et  de  sa  complicité  avec  le  cerveau.  Ainsi, s’invite  le clash  : 

- La  bouche  :  j’en  ai  marre  de  transmettre  vos  décisions  inopinées  qui  me  portent  souvent  le  plus grand préjudice Le  cerveau  rétorqua  :  un  drapeau  ne  fait  que  suivre  la  direction  du  vent,  dieu  (le  cœur)  a  voulu que  tu sois notre  griot que  veux-tu de plus  ? 
- Le  cœur  renchérit  :  le  sort  de  l’esclave  dépend  de  son  maître,  tu  n’as  rien  à  fustiger  de  si important  tout  ce  que  t’a  dit  ou  pu  dire  c’est  moi  qui  te  l’ai  recommandé  alors  j’assumerai pleinement  ma  responsabilité  quoiqu’il  advienne  car  c’est  moi  qui  ressens,  c’est  moi  qui  te donne  vie.    
L'auteur

Et ces paroles s’avérèrent trop insultant pour le  porte-parole  du corps, la  Bouche.   
Elle  haussa  le  ton  :  ainsi  fut-il,  j’ai  pris  la  ferme  décision  de  détruire  vos  plans,  je  resterai  muette ou dire  le contraire  de  tout ce  que  vous me  ferez  dire. 
- Le  cerveau  :  jamais  vu  une  décision  aussi  absurde  !  Les  moindres  défauts  de  battement  de  notre chef  suprême  te  laisseront  impuissant  donc  à  quoi  sert  cette  furie  inféconde,  jamais  tu  ne  pourras nous remplacer, la  grande  part du labeur nous revient.
- La  Bouche  :  quelle  ignorance  !  Vous  oubliez  certainement  que  sans  moi  personne  ne  vous entend, vos désirs sombreront dans la  léthargie la  plus profonde  sans  mon intervention. Le  cœur  :  je  reconnais  ton  importance  mais  si  on  te  laisse  prendre  des  décisions  toute  seule, celles-ci risquent de  nuire  à  mes principes et ceux du cerveau car une  parole  non réfléchie peut causer  l’irréparable,  diviser  l’indivisible,  braver  le  tabou  ou  pire  susciter  un  conflit,  tout  ceci  plaide  à  ce  que  tu  sois  notre  subalterne. 
Furieux  de  la réponse  tendre  du cœur, le  cerveau se  veut  plus    ferme  sur la  question.   Il  martèle  :  
- "Si  elle  veut  prendre  le  trône  elle  n’a  qu’à  prouver  qu’elle  est  assez  mature  car  on  a été  témoin  de  combien  d’âmes  elle  a  causé  du  tort,  de  combien  de  personnes  elle  a  divisé,  de combien de  pays elle  a  brulé, bref  !  Elle  est une éternelle  gaffeuse". 
Crédit/Piwee
- La  bouche  :  "ah bravo  ! As-tu oublié le  fait  que  ton intelligence  à  couter  la  vie à  des millions de personnes  du  moment  où  les  évènements  les  plus  macabres  de  l’histoire  de  l’homme  ont  été perpétrés via  les armes que  tu as toi-même  conçu".   
Le  Cœur se  sentit aussi coupable car  le  cerveau le  suit  toujours  et c’est lui qui par un sentiment de  désamour,  absence  d’affectation  ordonne  au  corps  des  fois  des  faits  les  plus  méprisables  et regrettables. De  par  cette  petite  discussion  chacun  se  rendit  compte  de  son  imperfection,  de  ses  limites. D’ailleurs, ils décidèrent  de  taire  l’inter-flagellation verbale,  le  cœur  convoqua  ainsi  une  assise afin de  trouver un compromis.  Une  fois  à  la  rencontre,  le  cœur  se  dévêtit  de  son  manteau  de  roi  (dieu)  pour  assainir l’atmosphère  de  la  discussion.  C’est  autour  de  la  bouche  d’intervenir  après  que  le  cœur  ait ouvert la  séance  et regretté  tout  ce  qui s’est passé  entre  eux.  Elle  conseilla  à  ses  deux  anciens  antagonistes  :  
- "Toi  Cœur,  tu  trépignes  et  palpites  dès  que  tu aperçois  quelque  chose  qui  t’émerveilles  ce  qui  ne  laisse  pas  au  cerveau  le  soin  de  bien l’examiner  par  ce  que  voulant  vaille  que  vaille  t’obéir  comme  il  l’a  soutenu  ci-dessus  le  drapeau ne  fait  que  suivre  la  direction  du  vent.  Et  toi  le  cerveau  arrêtes  de  mijoter  des  plans  qui  se révéleront  hostiles  au  peuple  du  monde,  ta  tâche  est  de  proposer  des  solutions  viatiques  et  non des  résolutions  néfastes.  Bien  que  tu  sois  «  esclave  »  du  cœur  il  t’arrive  de  l’enrôler  dans  tes manèges  et  cela  ne  finit  pas  toujours  bien.  Oh  cœur  !  Toi  qui  es  réceptacle  de  toute  expression de  l’extérieur  et  garant de  douceur  apprends  à  calmer les ardeurs du cerveau quand il  le faut".   Etant  des  mots  d’une  sagesse  notoire,  le  cœur  et  le  cerveau  le  concédèrent  et  répliquèrent aussitôt.  
Ils  (cerveau  et  cœur)  s’entendirent  sur  ce  que  doit  faire  la  bouche  et  rétorquèrent  :  oh  bouche  ! Toi  qui  exhibes  nos  paroles  les  plus  dissimulées,  toi  qui  nous  maintiens  en  relation  avec  l’autre que  tu  sois  prudent  et  nous  consulte  avant  de  proférer  mot. 
- Le  cerveau  lui  rappelle  ceci  :  ton verbe  sans  mon  intervention  n’est  que  ruine  de  salive,  pire  cela  mène  à  de  sinistres  situations causant le  désarroi du cœur qui lui en retour ne  peut que mourir de  chagrin que  tu as engendré. 
Donc  pour  une  meilleure  efficacité  de  tes  propos,  laisse  au  cœur  de  décider  étant  sous  ses auspices  je  te  transmettrai  le  contenu  que  tu  mettras  finalement  en  onde  cela  peut  se  passer  sans occasionner le  moindre  dégât et chacun verra  sa  tâche  accomplie.   L’on  se  rend  vite  compte  qu’il  n’y  avait  pas  de  roi  ni  de  dieu,  chacun  d’entre  eux  à  des  facultés qui  lui  sont  intrinsèques  n’empêche  l’immixtion  de  l’un  dans  l’exercice  de  l’autre  permet  de travailler  en  parfaite  harmonie.  Ainsi  avait-il  compris  qu’ils  se  complètent  et  le  jeu  du  trône céda  la  place  à  une  collaboration  équitable  entre  eux.  
Ils  conclurent  en  formulant  ces  deux principes  : 

- Penses à  ce  que  tu dis au  lieu de  dire  ce  que  tu penses 

- Suffis-toi de ce que tu as afin d’apaiser ton cœur  et  de  libérer  ton cerveau.