Carnet de Route: Spécial Lisbonne

Nous nous sommes donc rendus à Lisbonne du 2 au, 3 Mai. L’occasion de revisiter et raconter l’histoire de ce village du centre du Sénégal non connecté au réseau électrique national qui est parvenu à relativement s’électrifier grâce au solaire.

Il s'en est fallu de peu pour que cet article n’ait pas lieu d’être. Les tracasseries liées à l’obtention du visa ont été nombreuses. La délivrance n’a été possible qu'au dernier moment. La mobilité entre les pays est en fait à double mesure diront d'autres journalistes africains rencontrés à Lisbonne où les premiers pas donnent à voir une ville aux fresques nombreuses et aux bâtiments dégageant les relents d’une culture chrétienne.
C'est justement dans l'un de ces que se sera tenu le grand forum sur l’énergie durable dans le monde.
Des Nations, des couleurs diverses. Un enthousiasme remarquable et un entrain à faire bouger les choses comme celui qui se dégage de la dynamique représentante du Secrétaire Général des Nations Unies à l’énergie durable.
« Leaving no one behind » pour faire entendre qu’aucun pays ne sera laissé en rade. 
Dans cette perspective, le rythme devrait être universel.
Surtout qu'en Juillet les Nations Unies vont réévaluer le programme sur les énergies renouvelables en prenant en compte les conclusions de ce forum 
L’Afrique subsaharienne est toujours en reste mais le Rwanda, le Kenya ou encore l’Ouganda avancent à pas de géants alors que le Sénégal fait des efforts en dessous de son grand potentiel.
Le Kenya a eu une vision holistique porté par une large vision pour y arriver, le Rwanda a eu aussi un succès étincelant avec 8% du budget consacré à l’énergie durable. 
Nous reviendrons sur tout ça dans nos prochains billets...